Les impayés de loyer, une face cachée de la Covid-19

Lu sur le profil facebook de Patrick Allemand le 14 septembre 2020.
J’ai lu un très bon article dans le quotidien régional concernant la situation de petits bailleurs en difficulté à cause des impayés de loyer.
Il y a des causes structurelles et des causes conjoncturelles.
Le marché locatif immobilier est toujours tendu dans les l’agglomération niçoise. La faute à la pénurie de logements sociaux qui permet aux propriétaires, compte tenu des tensions sur le marché de l’immobilier, d’avoir, excepté Paris et la petite couronne, les loyers les plus chers de France. L’envers de la médaille c’est que ces propriétaires ont une fiabilité de rentrée financière aléatoire.
Il y a eu, en 2018, 3 034 décisions d’expulsion locative, un nombre record. Cela fait dans les Alpes-Maritimes un taux de 14,2 pour mille alors que la moyenne nationale est à 9,6 pour mille. Nous n’avons pas encore les chiffres définitif de 2019 mais ils seront sans doute dans la continuité.
Par contre, l’année 2020 sera sans doute encore pire. En effet, va se rajouter à cette question structurelle, des ménages touchés par la crise économique et dont la perte de revenus va se trouver directement liée à la crise sanitaire. Ceux-ci vont se trouver très rapidement en impayés de loyers.
S’il y a bonne foi, c’est un double drame humain qui va se nouer.
  • Celui du locataire qui subitement ne peut plus payer et va sentir le « boulet » de la demande d’expulsion locative.
  • Celui du loueur qui n’est pas forcément un « salaud de propriétaire » mais qui peut se trouver aussi en réelle difficulté, notamment si ce revenu immobilier locatif est intégré dans un remboursement d’emprunt.